C’est un journal qui a fait parler de lui, et pas toujours dans le bon sens, précisons-le. Depuis sa création jusqu’à aujourd’hui, on lui attribue ce caractère casse-tête et provocant qui a toujours dérangé certaines communautés et certaines personnes.

 

L’histoire d’une relance

Hara-Kiri mensuel, le grand ancêtre de Charlie Hebdo a vu le jour dans les années 1960. S’inspirant du Linus Italien, ce journal a lancé la création d’une BD uniquement pour les adultes qu’il a baptisé Charlie Mensuel. Seulement un an après, la censure a eu raison de ce BD provocant et suggestif qui a dessiné des petits zizis dans un numéro. Mais, la censure n’a tenu qu’une semaine et a même débouché sur la création de Charlie Hebdo qui a mis les clés sous la porte au bout de douze ans pour être relancée encore une fois quelques années plus tard, en 1992.

 

Toujours en mode provocation

De Mitterrand à Chirac et Sarkozy, ils ont tous eu leurs lots de provocation de la part de Charlie Hebdo. Et ce journal n’a pas hésité à aborder les sujets sensibles, comme le militantisme des femmes qui se proclamaient « ni putes ni soumises » ou encore l’intermède meurtrier entre les ados et la police, la cigarette dans les endroits publics, etc. Sans aucun doute, c’est un journal qui secoue les Français, et le fait vigoureusement.

 

Une histoire d’amour avec les adeptes de Mahomet

Charlie Hebdo s’est également fait un ennemi de taille : les musulmans. Après la caricature de la déception de cette figure emblématique de la religion musulmane sur le niveau intellectuel de ses adeptes, Charlie Hebdo a ouvert les hostilités. À maintes reprises, il a dénoncé, avec sa manière bien à lui, les œuvres des islamistes Al-Qaïda. Après une fusillade lors d’une réunion et les deux incendies qui ont réduit en cendre ses locaux, Charlie Hebdo ne semble pas atteint et se montre confiant sur son avenir.